Sécurité nucléaire

SEMPER ATOM

La réglementation française impose aux exploitants nucléaires de protéger les matières et les installations contre les menaces définies dans les directives nationales de sécurité (articles L.1332‑1 et L.1333‑1 suivants du code de la Défense).

Pour ce faire, des moyens humains et technologiques sont en place : vidéosurveillance, clôtures, portiques, surveillance humaine, « bunkerisation » du site en cas d’intrusion…

Outre le personnel EDF, les 800 gendarmes des Pelotons spécialisés de protection de la gendarmerie (PSPG), qui depuis 2010 ont acquis le rang d’unités de contre-terrorisme, peuvent intervenir. « Ils doivent être en mesure de faire face à un commando lourdement armé et déterminé à mettre le site en péril », lit-on sur le site du ministère de l’Intérieur.

La sécurité privée apporte, de son côté, des compétences spécifiques, en particulier pour le contrôle d'accès et la détection d'explosifs.

EDF fait appel à des agents de sécurité privée pour leurs compétences spécifiques, comme la lecture des images radioscopiques de sûreté, générées par les rayons X.

Les agents de sécurité privée ont pour mission de contrôler l'autorisation d'accès des personnes et des véhicules, qui doivent être habilités à pénétrer sur le site. Ils ont pour cela été formés au Poste inspection filtrage (PIF), c'est-à-dire qu'ils utilisent les outils et techniques suivants :

Notre mission : 

lecture des images radioscopiques,
utilisation de détecteurs de métaux,
palpation de sécurité.

LA DÉTECTION D'EXPLOSIFS

Face à la menace terroriste, les sociétés de sécurité privée ont pris de nouvelles mesures pour détecter les explosifs. Grâce aux rayons X, les agents de sécurité privée peuvent repérer des matières chimiques que contiennent les explosifs.

Les agents de sûreté cynophile, ou maîtres-chiens, viennent compléter cette recherche visuelle grâce au pouvoir olfactif de chiens spécialement formés à la détection d’explosifs.